Premier Précédent Vue vignettes Suivant Dernier Petite bibliothèque ferrovipathe et routière déraisonnée
(des Premiers chemins de fer au Dernier train de Salignac... en longeant la RN7)
Aide et Informations Recherche Page d'accueil       
LIVRE
Jean Antem
Couverture Détails du livre Dos / Extrait
Cliquez pour agrandir Agrandissement disponible
Auteur(s) Dominique Pagneux
Date de publication 2002
Format Relié (290 x 220 mm)
Editeur ETAI - Editions Techniques pour l'Automobile et l'Industrie
ISBN 978-2-7268-8571-0
Langue Français
Cliquez pour agrandir Agrandissement disponible
Résumé / commentaires
Né en 1893 aux Baléares, Jean Antem, fils et petit-fils de charron, a quitté Barcelone en 1910 pour Paris afin d'y faire son apprentissage, avant de retourner dans son pays lors de la déclaration de guerre, puis de revenir dans la capitale française, en plein conflit, pour se marier et se fixer définitivement en France. En 1919, la société Antem & Monroig est ainsi fondée à Neuilly-sur-Seine. Les débuts sont laborieux, l'activité carrosserie se bornant pour l'essentiel à des réparations fort peu satisfaisantes pour cet amoureux du travail d'orfèvre. Mais très vite, au hasard de modifications demandées par certains clients, il devient une référence et commence à habiller des châssis Ariès, Matford, Chenard & Walker, Delahaye ou Bugatti. Ses créations se caractérisaient alors par des ceintures de caisse basse masquant le châssis et des carrosseries adoptant le principe Weymann. Il réalisera également des commandes d'utilitaires pour le journal Ouest-Eclair, la préfecture de Paris ou pour l'armée. Après la seconde guerre mondiale et un déménagement à Courbevoie, il laissera ses deux fils reprendre le flambeau. Ils carrosseront les dernières Bugatti, Delage, Delahaye mais aussi les DB à moteur Citroën puis Panhard et VP à mécanique Renault. Ils réaliseront également de superbes véhicules publicitaires dont le fameux supercar Pathé-Marconi dessiné par Philippe Charbonneaux. Mais l'époque des grands carrossiers était déjà révolue et la société devra se réorienter vers les arts ménagers, les caravanes, les remorques mais aussi les camions magasins avant de disparaître en 1997, faute de repreneur.
Contact 797 / 2157 v 2.0 - m.à j. 15/03/2015 . Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation. HTML validé